La rapport du cabinet Ginger daté du 20 avril 2020 parle d’une aire d’isolement de déchets radioactifs (page 11/38)

  

On peut donc se demander comment des déchets radioactifs peuvent arriver dans un centre de stockage ISDND de déchets non dangereux ??!!

Pour comprendre il faut se référer à l’Arrêté du 15 février 2016 relatif aux installations de stockage de  déchets non dangereux

art 16 IV. – L’installation est équipée d’un dispositif fixe de détection des rayonnements ionisants

L’installation est dotée d’une aire étanche de stationnement temporaire des véhicules dont le chargement a déclenché l’alarme décrite à l’alinéa précédent. Le véhicule ou, si possible, seulement sa benne est immobilisé tant qu’une équipe spécialisée en radioprotection n’a pas récupéré le(s) déchets(s) responsable(s) de cette radioactivité anormale. Si elle est nécessaire pour isoler la source, l’opération de déchargement sera réalisée sur une aire étanche afin d’éviter toute contamination.

jusque la on peut penser que les contrôles sont sérieux et que rien de radioactif ne viendra polluer le site

Art 31 Toute détection fait l’objet d’une recherche sur l’identité du producteur et d’une information immédiate de l’inspection des installations classées.
Le chargement ayant provoqué le déclenchement du dispositif de contrôle de la radioactivité reste sur le site tant qu’une équipe spécialisée en radioprotection (CMIR, IRSN, organismes agréés par l’ASN) n’est pas intervenue pour séparer le(s) déchet(s) à l’origine de l’anomalie radioactive du reste du chargement. Une fois le(s) déchet(s) incriminé(s) retiré(s) du chargement, le reste du chargement peut poursuivre son circuit de gestion classique après un dernier contrôle.
Tant que l’équipe spécialisée en radioprotection n’est pas intervenue, l’exploitant isole le chargement sur l’aire mentionnée à l’article 16-IV en mettant en place un périmètre de sécurité correspondant à un débit d’équivalent de dose de 0,5 µSv/h.
L’organisme compétent en radioprotection doit identifier sa nature, caractériser les radionucléides présents, mettre en sécurité le(s) déchet(s) incriminé(s), puis le(s) entreposer temporairement dans un local sécurisé sur le site, permettant d’éviter tout débit d’équivalent de dose supérieur à 0,5 µSv/h au contact des parois extérieures.

ces déchets radioactifs sont donc isolés sur le site dans un local sécurisé

Suivant la nature des radionucléides présents dans le déchet, le déchet pourra être traité dans la filière adaptée :
s’il s’agit de radionucléides à période radioactive très courte ou courte (< 100 jours), en général d’origine médicale, le déchet peut être laissé en décroissance sur place pendant une durée qui dépendra de la période radioactive des radionucléides présents puis éliminé par la filière conventionnelle adaptée quand son caractère radioactif aura disparu ;
– s’il s’agit de radionucléides à période radioactive moyenne ou longue (> 100 jours), le déchet est géré dans une filière d’élimination spécifique, soit des déchets radioactifs avec l’ANDRA, soit de déchets à radioactivité naturelle renforcée avec une installation de stockage de déchets qui les accepte.

On comprend donc que certains déchets dit radionucléides à période radioactive très courtes sont laissés sur place en attendant la « baisse de leur radioactivité » puis éliminé

On stock donc des déchets radioactifs de manière temporaire sur le site

 

Le déchet est placé dans un container adapté, isolé des autres sources de dangers, évitant toute dissémination ou si possible, directement dans un colis permettant sa récupération par l’ANDRA. Ce container ou colis est placé dans un local sécurisé qui comporte a minima une porte fermée à clef, une détection incendie, un système de ventilation et, lorsque des déchets radioactifs sont présents, une signalisation adaptée.
La prise en charge et l’élimination du déchet radioactif ne peuvent être réalisés par l’ANDRA qu’après une caractérisation et un conditionnement répondant aux critères de l’ANDRA. Cette prise en charge peut prendre plusieurs mois afin de prendre en compte les modalités administratives, les modalités de conditionnement spécifique pourl’acceptation dans une installation de stockage de déchets radioactifs de l’ANDRA et les modalités d’emballage spécifique pour le déchet et son transport dans les conditions de l’accord européen relatif au transport de marchandises dangereuses par route (ADR) avec un chauffeur ayant un permis classe 7.
La division locale de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) doit être informée de toute découverte de déchets radioactifs.

les autres déchets radioactifs nécessitent une prise en charge qui peut prendre plusieurs mois